Bon sang !
+
La crème de la pub








Bon sang !

En allant donner mon sang il y a quelques jours, j'accepte de répondre au questionnaire qui m'est donné, permettant à l’EFS (Établissement Français du Sang) de rejeter les demandes de dons des personnes qui auraient potentiellement été en contact avec un virus du type VHC et/ou VIH.
Sur la note d'information qui l'accompagne, je lis ceci (extrait) :

" Vous ne devez jamais donner votre sang dans l'une des circonstances suivantes :
- si vous êtes homosexuel (homme)
- ... "

Devant ce qui m'apparaît comme une stigmatisation, j'entreprends de discuter avec le médecin qui me reçoit. Avec un agacement mal dissimulé, il m'explique que "c'est scientifique", les homosexuels sont toujours un groupe à risque, et que c'est la réalité qui impose cette restriction. Bien entendu, il n'y a là « aucun jugement moral, puisqu'on se place sur un plan pratique uniquement ».
Quand je précise à ce médecin qu'en 2002 quand même, on distingue les notions d'orientation sexuelle et de pratiques sexuelles à risques, il me répond que « la sexualité est un sujet délicat à aborder et qu'on ne va pas complexifier encore les choses... »
Je lui demande alors pourquoi seuls les homos hommes sont ciblés "à risque", il me répond avec un petit sourire « qu'on ne peut pas se transmettre le VIH avec la langue... »
Serait-ce aussi scientifique ? Les homosexuelles montpelliéraines auraient une sexualité exclusivement bucco-génitale alors que les gays pratiqueraient la sodomie (apparemment sans capote) ?

Conclusion :
Aussi incroyable que cela puisse paraître, à Montpellier, si vous voulez donner votre sang et que vous êtes homosexuel, mieux vaut être une femme !

bcas







La crème de la pub…

Rappelez-vous cette pub pour une marque de crème fraîche qui avait entraîné des réactions virulentes : " B…, je la prends je la lie, je la fouette… " On peut penser qu’une telle agitation (même pour de la crème) n’aura pas permis aux publicitaires d’atteindre leur objectif commercial .
Cependant, le sexisme, en tant que valeur sûre n’est pas là seulement pour la provoc. D’une certaine façon et quand il revêt des formes supportables, il est vendeur pour un large public.

Pour éviter qu’un tel tollé se reproduise, les " créatifs " ont voulu ce coup-ci la jouer fine. Ils ont réussi à mettre en valeur une célèbre marque de chaussures sans recourir à des mannequins sexys comme à l’accoutumée. Sur ces affiches, on peut voir une autruche ou encore une chaise chaussées de bottes. La légende nous dit : " aucun corps de femme n’a été exploité pour cette publicité " .
C’est de l’humour !? J’ai souri quand j’ai vu l’autruche mais en saisissant ensuite tous les sous-entendus j’ai trouvé ça moins drôle. Pour éviter le flagrant délit de sexisme, on fait maintenant dans le cynisme ; mais en substituant à l’image de la femme celle d’un animal ou d’un objet que fait-on de nouveau ?

C’est un peu comme s’ils nous disaient : " Vous avez cru pouvoir nous censurer, nous allons vous montrer que nous sommes plus malins que vous et que nous pouvons continuer dans le même registre sans que personne ne s’en offusque " .
Aucune autruche ne s’offensera en effet d’être bottée comme une chatte… euh pardon une femme !
Et la chaise alors ? Se faire prendre sur une chaise peut être très agréable, mais être prise pour une chaise …
Est-ce à dire qu’ une femme, on peut s’asseoir dessus, tout comme on peut s’asseoir sur le féminisme, c’est à la mode non ?

bcas







Ecrire à bcas
bcas@wanadoo.fr